Accueil du site || Actualité || Newsletters || Newsletter n°14 – Sanitaire

Actualités sur E. coli productrices de shigatoxines (STEC)

Depuis plusieurs années, la FNEC participe activement à de nombreux projets et groupes de travail sur les STEC (E. coliproductrice de shigatoxines). Actuellement, la FNEC est impliquée dans le groupe de travail spécifique au STEC au sein de la plateforme de surveillance de la chaine alimentaire de la DGAL. Dans ce cadre, un premier état des lieux des dispositifs de surveillance en lait de vache de la production à la distribution est en cours de finalisation, et sera adapté aux filières caprine et ovine prochainement.

Par ailleurs, la FNEC participe toujours au groupe de travail STEC du CNIEL et suit les nombreux projets de recherche afin d’approfondir les connaissances scientifiques des STEC pour mieux les appréhender.

C’est le cas du projet CASTEC, suite de STECAMONT (synthèse ici) dans le but d’étudier les facteurs de risque de présence de STEC en comparant des fermes où il a été détecté des STEC ou non.

Épisode rare, inédit et localisé d’encéphalites à tiques

L’encéphalite à tiques (TBE) est due à un virus transmis à l’Homme par la piqûre d’une tique infestée comme l’indique Santé Publique France. Il sévit de l’Europe de l’Est au nord du Japon et de la Chine.

Un cas rare et inédit de contamination a été détecté récemment dans un élevage de chèvres dans l’Ain, au sein duquel chèvres et vaches ont été contaminées via les tiques infestées attrapées dans une prairie. Plusieurs consommateurs de fromages au lait cru issus de ces animaux ont à leur tour été contaminés. « Cet épisode de cas groupés d’encéphalite à tiques est le premier identifié en France lié à la consommation de produits au lait cru » comme le précise dans son article dédié Santé Publique France.

Des mesures immédiates ont été prises par le producteur pour cesser l’exposition des animaux en les gardant en bâtiment, avec un retrait-rappel des fromages au lait cru et une pasteurisation temporaire.

L’ANSES s’est rendue mi-juin sur le terrain afin de procéder à la capture de tiques, ainsi que de rongeurs susceptibles d’être réservoir du virus TBE. Ce virus apparait en effet sporadiquement dans une prairie, les actions préventives étant un traitement antiparasitaire et une lutte contre les nuisibles efficace.

Nous suivons en lien avec la DGAL cet épisode inédit qui reste tout de même localisé, et attendons les conclusions à venir de l’ANSES notamment sur la prévention en élevage. Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

NB : retrouvez le bilan dédié et mis à jour fin septembre sur le site de la plateforme de surveillance de la santé animale.

Avancement de la « Loi Santé Animale » (paquet législatif européen)

La FNEC participe aux échanges autour de la mise en œuvre en France de la nouvelle règlementation européenne appelée Loi Santé Animale (LSA) qui entrera en vigueur en avril 2021. Mi-juin une réunion spécifique aux petits ruminants a été organisé par la DGAL afin de présenter l’impact des textes sur la classification des maladies et les mesures de surveillance associées pour les ovins et les caprins.

La LSA comporte plusieurs textes, dont un contenant les dispositions relatives à l’identification et la traçabilité des caprins. Ce dossier a beaucoup occupé la FNEC en 2019 au moment de la rédaction par la commission des actes délégués spécifiques sur l’identification. En effet, L’acte délégué européen 2019/2035 publié par la commission européenne en juin 2019 comportait une disposition fatale pour les éleveurs de chèvres, puisqu’il remettait en cause la dérogation à l’identification électronique en vigueur aujourd’hui pour les chevreaux. Très vite, la FNEC, aidée de tout son réseau départemental et régional, s’était mobilisée auprès du Ministère de l’agriculture et des députés européens afin d’obtenir une opposition formelle de la France à cet acte délégué.

Grâce à notre mobilisation et surtout au soutien d’Interbev, des eurodéputés français et du Ministère de l’Agriculture, nous avons obtenu l’engagement de la Commission Européenne à modifier le texte. C’est chose faite avec le règlement délégué rectificatif qui a été soumis à consultation et dont nous vous avons informé. Une belle victoire pour la FNEC fruit d’une intense mobilisation syndicale !