Accueil du site || Archives || Notes ’Quinzo’ || 2005 || Note "quinzo" : du 7 au 18 mars 2005

Lundi 7 mars : Rassemblement de producteurs à La Chapelle Bertrand (79)

La FNEC s’est associée à ce rassemblent de producteurs organisé par la FRSEA Poitou-Charentes. Le but de cette rencontre, qui a réuni environ 150 producteurs, était d’informer les éleveurs, suite à plusieurs rencontres entre des responsables professionnels de Poitou-Charentes et des Pays de Loire, et des responsables d’entreprises laitières. Après un point rapide sur la conjoncture, les résultats des entretiens avec les différentes laiteries ont été présentés par les professionnels. Un débat a suivi, qui a mis en avant la nécessité d’agir pour faire augmenter le prix moyen payé aux producteurs. Suite à cette journée, un courrier sera envoyé aux laiteries, présentant les revendications des éleveurs.

Mardi 8 mars : bureau de l’ANICAP

L’objectif de cette réunion était de préparer le Conseil Spécialisé Caprin de l’ONILAIT, qui a eu lieu l’après-midi, et notamment de déterminer les projets soutenus en 2005. Les arbitrages ont été difficiles, car de nombreux projets étaient présentés, pour une enveloppe totale de seulement 300 000 euros (avant gel). Les professionnels de la filière ont fait le constat d’un manque de « marge de manœuvre ». Certaines actions sont considérées comme indispensables (promotion collective, panel consommateurs...), d’autres actions, commencées en 2004, devaient être poursuivies cette année. Au final, il reste peu de place pour les nouveaux projets. Or, il est nécessaire de pouvoir rester réactifs, et d’être en mesure de répondre à un besoin ponctuel en expérimentation.

Mardi 8 mars : Conseil Spécialisé Caprin de l’ONILAIT

La réunion a commencé par une présentation de la conjoncture. Le Conseil dans son ensemble a souligné que les chiffres pour 2004 sont rassurants. Après des années 2001-2003 tendues, avec des risques d’excédents, l’année 2004 marque le retour à l’équilibre, avec une collecte et des importations maîtrisées, des fabrication, une consommation et des exportations en hausse, des stocks minimaux. Dans ce contexte, les représentants des producteurs ont insisté sur l’importance de bien répartir la valeur ajoutée dans la filière. Seul point négatif : l’augmentation des ventes de bûchettes, liée à une baisse du prix moyen de vente aux consommateurs, et à une montée des ventes en hard discount. Pour l’année 2005, les représentants des entreprises confirment une prévision à la stabilité (collecte entre -1 et +4%). Deux projets ont ensuite été présentés : la nouvelle campagne de promotion nationale, qui démarre cette année, et le guide national pour l’installation en élevage caprin, qui sera disponible à partir d’avril auprès de technipel. Enfin, le budget 2005 a été voté. Dans l’hypothèse d’un gel des crédits de l’ONILAIT, les professionnels de la filière ont insisté sur l’importance de préserver la petite enveloppe de la filière caprine.

Mardi 15 mars : réunion d’information sur le GBPH en Normandie

Etaient invités à cette réunion : les techniciens des services vétérinaires des départements de Haute et Basse Normandie, des responsables professionnels des AVD de ces 2 régions, ainsi que le directeur et des techniciens de la FRGDS de Basse Normandie. Tous ces acteurs vont devoir participer à la mise en place du GBPH en Normandie, et il était important qu’ils aient tous une bonne compréhension de la démarche. Après une présentation rapide du guide (historique de la rédaction, point sur les objectifs, la méthode, la validation par les pouvoirs publics, la mise en place sur le terrain...), une discussion a permis d’éclaircir les points sur lesquels il y avait encore des incertitudes. Il a notamment été rappelé que le guide a valeur de référence réglementaire pour tous les éleveurs laitiers fermiers, même s’il n’est obligatoire que pour les éleveurs sous le statut de la dispense d’agrément. La FRGDS a souligné la complémentarité de la démarche GBPH avec une démarche de suivi sanitaire des troupeaux mise en place depuis quelques années en Basse Normandie.

Mercredi 16 et jeudi 17 mars : Assemblée Générale de la FNPL à Saint-Malo

Dans un contexte tendu concernant le prix du lait, l’Assemblée Générale de la FNPL était placée sous le signe de l’adaptation. Plusieurs interventions ont permis de présenter les évolutions auxquelles les éleveurs laitiers ont dû faire face en 2004, et devront faire face à l’avenir : réforme de la PAC, évolution du monde des entreprises,... Face à ces évolutions qui n’ont pas été choisies par les éleveurs ou leurs responsables, il a été noté l’importance de « s’adapter pour ne pas subir ».

Vendredi 18 mars : groupe Qualité de l’ONILAIT

Un bilan des projets accompagnés en 2004 a été fait, puis 6 dossiers ont été examinés :
 plan de maîtrise des risques microbiologiques en AOC Salers
 étude projet d’AOC Gruyère
 fièvre Q dans les troupeaux bovins
 développement d’une gamme de produits de Lozère
 pépinière génétique rameau laitier race Aubrac
 incidence de l’alimentation hivernale des vaches Aubrac. La prochaine réunion du groupe Qualité aura lieu le 3 juin.

Identification caprine

Dernière position du Ministère en date du 7 mars, faisant suite aux revendications fortes de la FNEC :

 Tous les animaux de boucherie destinés à être abattus avant l’âge de 9 mois (chevreaux de boucherie) bénéficieront de la dérogation prévue au règlement européen, et pourront de ce fait, qu’ils transitent ou non par un atelier d’engraissement, circuler avec un seul identifiant auriculaire

 Le délai de pose du premier identifiant auriculaire est fixé à 6 mois, en conformité avec le règlement européen (au lieu de 45 jours initialement retenu à la suite d’un consensus inter-espèces ovins-caprins)