Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Malgré les grèves SNCF qui ont empêché des délégués de se rendre à Paris pour la journée, l’Assemblée Générale de la FNEC a réuni nombreux administrateurs, délégués et invités pour une journée dédiée à la filière caprine. Après le rapport financier présenté par Laurence Gueit, Frédéric Blanchard et Marc Lesty respectivement Vice-président fermier et secrétaire général de la FNEC ont présenté le rapport d’activité. Le zoom a été fait sur les dossiers suivants :
- alimentation, avec l’annonce de la sortie du guide alimentation pour la fin de l’année et le début de travaux du projet SYSCARE (recherche de systèmes d’élevage caprins et de conduites alimentaires efficients et respectueux de l’environnement).
- GBPH avec le suivi de la diffusion, la création en 2009 d’un document d’appui technique individuel pour les éleveurs formés au GBPH (et qui peut être financé dans le cadre des fonds régionaux CPER)
- la réglementation fermière, où la FNEC a insisté sur la détérioration des rapports contrôleur-contrôlé avec l’arrivée du vadémécum et des grilles d’inspection, outils qui vont à l’encontre des principes même du paquet hygiène (obligation de résultat et responsabilité du producteur).
- la tremblante caprine, pour souligner le travail incessant de revendication de la FNEC pour le retour de l’application du protocole dérogatoire à l’abattage total.
- l’identification électronique, qui devient obligatoire à partir du 1er juillet 2010. Les spécificités de notre filière ont été reconnues : possibilité d’utiliser la bague de paturon électronique, dérogation à l’électronique pour les chevreaux de boucherie, et identification à 7 jours non obligatoire.
- et enfin, le chevreau, avec le point sur la cotation officielle sur le chevreau. Les régions ont souhaité la mise en place d’un groupe de travail pour travailler sur les projets de valorisation de la viande de chevreau.

Ensuite, Renée de Crémoux de l’Institut de l’Elevage a fait un point d’information sur la fièvre Q : après des rappels sur la maladie, ont été présentés les résultats de l’efficacité du vaccin caprin testé dans le cadre d’une étude financée par l’ANICAP. Par ailleurs, étant donnée l’ampleur des mesures prises chez nos voisins hollandais, la FNEC voulait faire un point d’actualité sur la fièvre Q aux Pays Bas. Renée de Crémoux a donc dressé un état des lieux de la situation aux Pays Bas, des mesures prises et fait part des différents avis sur les risques liés à la fièvre Q (EFSA, AFSSA) qui sont attendus pour avril-mai.

Après un buffet de fromages fermiers, l’après–midi a été dédié à la conjoncture laitière caprine, présentée par Gérard Barbin de l’Institut de l’Elevage, et une discussion sur le prix du lait, qui a eu lieu sans la présence des industriels qui n’avaient pas pu être présents aujourd’hui. La FNEC ne veut pas croire que cette absence est liée à la conjoncture et aux discussions sur le prix du lait qui ont lieu en ce moment.

Enfin, Jacky Salingardes, président de la FNEC a fait lecture de son rapport moral, puis a laissé place aux habituels discours des invités.