ENJEUX

La vente de chevreaux représentait jusqu’à il y a quelques années un complément de revenu pour les éleveurs caprins. Cependant, la campagne de chevreau 2008/2009 a été marquée par des prix bas et parfois dans certaines régions, d’énormes difficultés de ramassage des chevreaux. La situation s’est légèrement améliorée en 2009/2010, mais d’énormes difficultés de valorisation de la viande caprine existent.

ACTIONS DE LA FNEC EN 2010

La FNEC avait initié en 2009 une série de rencontres entre les différents acteurs de la filière viande, et avait saisi les pouvoirs publics afin de les informer des difficultés du secteur.

La mise en place concrète de la cotation nationale sur le chevreau

Suite à la réunion avec les services concernés de FranceAgriMer et du Ministère de l’agriculture pour définir les modalités pratiques de la cotation, le cahier des charges de la cotation avait été défini :
- Cotation nationale, et non pas 2 cotations régionales comme cela avait été initialement proposé (un bassin Ouest, un bassin Est.
- Présentation : cotation vivante départ élevage (hors coût de transport), en poids vif à jeun
- Gamme de poids : chevreaux entre 8 et 11 kg
- Définition du prix en kg vif
- Période de cotation : Semaine 39 à semaine 23 (variable selon la saison de Pâques).

La cotation a mis beaucoup de temps à se mettre en place. En effet, dans un premier temps, les services de FranceAgriMer ont réuni les abatteurs à 2 reprises, une réunion en Rhône-Alpes et une réunion en Poitou-Charentes. Certains abatteurs ne voulant pas contribuer à la cotation, le secret statistique ne pouvait être préservé, et le projet a été mis en stand-by le temps que les abatteurs se concertent et acceptent finalement de participer à la cotation. Les premiers chiffres hebdomadaires ont été publiés à l’automne. Ils sont envoyés par mail aux différents acteurs, et publiés sur le site internet de FranceAgriMer. La FNEC relaie ces chiffres de cotation au réseau et à mis un lien permanent sur son site internet.

PERSPECTIVES

L’objectif à long terme de la FNEC est de structurer et organiser une filière chevreau, à l’image d’une interprofession où les différents acteurs de la filière de l’amont à l’aval seraient représentés. Par ailleurs, les travaux doivent continuer dans l’objectif de mieux connaître la filière viande, afin de trouver des moyens de mieux valoriser les chevreaux et la viande caprine et commencer à mettre en place des actions au niveau national.

Pièces jointes